La Violence

Les différentes manifestations de la violence peuvent être physiques, verbales, psychologiques, économiques, envers les biens/animaux et/ou sexuelle. Aucune de ces formes de violence n’est justifiable ou acceptable et elles ont toutes des conséquences nuisibles pour la personne qui les subit. Ces comportements et attitudes violentes sont appris (en milieu familial ou social, par exemple), mais toute personne a la capacité de remettre en question cet apprentissage. La violence conjugale résulte d’un choix de la personne qui agresse. Elle est donc responsable de ce choix.

TYPES DE VIOLENCE

La violence psychologique est caractérisée par un ensemble de comportements contrôlants, d’attitudes et de commentaires humiliants et dévalorisants, des menaces, de l’abus de pouvoir, de la culpabilisation, du chantage affectif, de la manipulation et de la domination

La violence verbale se manifeste par l’utilisation d’un ton de voix intimidant, par des cris et des hurlements, par le fait de prononcer des injures, des insultes et/ou des paroles vulgaires à l’endroit d’une autre personne.

La violence physique est caractérisée par un contact physique brutal et indésirable comme par exemple une bousculade, un serrement de bras, des coups portés ou encore une agression à l’aide d’une arme ou d’un objet.

La violence envers les objets peut se manifester de différentes manières et n’est pas nécessairement dirigée vers quelqu’un. Elle peut se manifester, par exemple, en frappant un mur ou un animal domestique, en claquant une porte, en donnant un coup de point sur une table ou en faisant du vandalisme.

La violence sexuelle nait principalement de l’utilisation des autres formes de violence dans un but sexuel. C’est une forme de contrôle envers l’autre. Elle inclue notamment le chantage affectif, le harcèlement, la menace et la contrainte à des gestes non désirés.

La violence économique se caractérise par un contrôle abusif sur tout ce qui concerne l’aspect financier. Souvent, cette forme de violence vise à placer autrui dans une position de dépendance financière.

LA VIOLENCE DANS DIFFÉRENTS CONTEXTES

Depuis la naissance de l’organisme, nous adhérons à la définition suivante de la violence conjugale : « un contrôle exercé par une personne auprès d’une autre personne dans une relation conjugale ». Ce contrôle peut se manifester par des comportements, des gestes, des paroles et/ou des attitudes qui sont répétés et continus dans le temps. Par ailleurs, ces manifestations peuvent être physiques, verbales, psychologiques, économiques, envers les biens/animaux ou sexuelles.

Nous sommes d’avis que si la violence est apprise socialement par les normes et les valeurs véhiculées, elle est choisie individuellement : toute personne est entièrement responsable des comportements, gestes, paroles et attitudes qu’elle adopte.

La violence familiale, quant à elle, se définit comme étant un abus de pouvoir visant à dominer des personnes plus vulnérables dans le contexte de relations de parenté, d’intimité, de confiance et de dépendance. Cela désigne tout abus d’ordre physique, psychologique, verbal, économique ou sexuel et comprend, notamment, les mauvais traitements et la négligence à l’endroit des enfants et des personnes âgées.

Suite aux besoins qui lui ont été exprimés, l’équipe du SHIC a élargi sa définition de la violence et y a inclus la violence sociale. Pour nous, cette dernière se caractérise par une prise de contrôle d’un individu sur une autre personne sans qu’il y ait de liens familiaux ou conjugaux entre eux. Il peut s’agir, notamment, de violence au travail, en milieu scolaire ou dans les lieux publics. Nous pourrions citer comme exemples : la rage au volant, les batailles dans les bars, l’intimidation et le taxage chez les jeunes.

Comments are closed.